Association loi 1901 pays de Lunel

Prix du Livre Inter 2019 Suite…

Posté par le 20 mai 2019 dans Actualité, Autour des livres, Prix littéraires | 0 commentaire

 

 

 

Plus que quelques jours avant le vote qui désignera le Livre Inter 2019, le jeudi 6 juin pour les 21 participants de Livre et Culture, le dimanche 9 juin pour le prix officiel.

En avant première, les impressions de Simone, une de nos participantes :

Prix Inter parallèle avec Livre et Culture

Lire les 10 livres chaque année depuis 11 ans.

Voter pour l’un d’entre eux.

Ne pas les aimer tous

Attendre la sélection 2019.

Apprécier les 10 propositions.

Entrer dans chacune de ces histoires.

Voyager à travers le temps et l’espace.

Rencontrer un chien-loup et des lions.

Frémir devant une jeune femme mise en esclavage

Torturée, violée, humiliée, enchaînée.

Sortir des ténèbres toute une famille

La narratrice, son mari, son amant, sa fille.

Se promener sur une rame de béton.

Y rêver, y méditer le long de ses 18 km à 7 m de hauteur.

Se retrancher dans un château,

Y vivre en zone blanche une vie de liberté, de simplicité

Avec de drôles de résidents.

S’enfuir à la recherche d’un continent englouti

Un jour d’ouragan au-dessus de la mer du Nord.

Etudier la peinture dans un atelier de faux-semblants

Réaliser des décors à Cincinnati,

Reproduire la grotte de Lascaux en fac-similé.

Se laisser conter l’histoire de la petite marchandise

Rejetée, par son père, d’un train empli de déportés.

Attendre la mort de Félix avec sa femme et sa fille

Entrer dans son coma à la recherche d’Hemingway.

Fréquenter Nino, Nino et ses amis, Nino et la drogue

Nino et les larcins, Nino et Lale son amour,

Nino et la légion étrangère, Nino et son père,

Nino et son chagrin, Nino et sa poésie.

 

Quelques expressions poétiques que Simone a relevées dans « Nino dans la nuit »

 

Replonger dans le duvet des rêves

Soleil pâle, nuit sans lune

Son sourire aux mille étoiles

Il y a des morceaux du ciel de décembre

Les mains nouées à des flots d’énergie

Tes pas chantant dans l’escalier

Manger encore les cailloux

J’ai les yeux pleins de fumée

Un ciel pas sorti du printemps

Une tribu de tigres à dents de sabre

Le courant qui allume les lampes et éteint le ciel

Les fées penchées sur ma peau

Juste voir la lune couler dans le matin

J’oublie tout quand je viens glisser ma peau entre toi et le jour

Les pieds pris dans le drap tordu de l’exil

Le teint hâlé par le soleil et les ancêtres

Les beautés de pierre

J’entends encore le chant du plus abimé des loups de l’Atlas répondre à la lune

Le rire des étoiles

Dealer solitaire de nos vies fragiles

Je flotte seul à la surface de la misère des autres

Petit soleil de cendres

La grisaille arrose le monde

Du bleu dans du bleu sur du bleu, du bleu qui danse sur des barques dessus

Le doux délire de la liberté

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>